TOUT AU BOUT DE LA VILLE (Lyrics)
de Jean-Patrick Capdevielle

Tout au bout d'la ville, vers le sud, on voit passer les lumières...
Ce soir, des tas d'étoiles se trainent parterre.
La brume et les rêves, les ombres et le soleil t'enchainent...
Dehors, la centrale crache la dévaine,
Tu dis qu't'aimerais partir, mais c'est plus la peine.

Y a pourtant pas si longtemps, tu donnais tous tes sourires,
Et quelques pièces aux mendiants pour qu'ils t'apprennent à mentir.
Leurs yeux te suivaient dans tes tourbillons fragiles.
Leurs voix te disaient : "tu vas voir comme c'est facile
De retomber d'où tu viens", mais tu les voulais pas les croire.
Maintenant t'as fait tout l'chemin jusqu'au bout de ton histoire.
Et dis moi tu penses à quoi, lorsque t'as froid ?

T'es toute seule dans le brouillard...
Quand l'vent d'minuit s'égare...
Quand la ville est si noire...

Tes souvenirs, tes rires et tes pleurs, tes perles et ton arrogance,
La pluie les a trainés sous les pas d'un fou qui danse.
Tout ce qu'il t'a appris sert à rien dans l'royaume des terrains vagues,
Le prêteur sur gages a confisqué tes bagues,
La rue vend tes secrets de peur que tu t'évades.

Hier pourtant tu disais si souvent le mot "jamais",
Tu guêtais les alibis que tes jongleurs t'apportaient,
Tu venais si loin, sur leurs oiseaux de néon,
Maintenant tu dois monnayer tous tes frissons.
Tous tes châteaux invisibles ont quitté le bord des rues,
Tous tes marchands d'impossible ont réclamé leur reçu.
Et dis moi...
T'es toute seule dans l'brouillard.
Quand l'vent d'minuit s'égare.
Quand la ville est si noire...

Pont musical (guitare électrique et saxo)

Maintenant, t'as tout perdu, tu n'as plus rien à cacher.
Tu n'as jamais très bien su, le prix qu'il faudrait payer
Lorsque tu suivais ton héros marqué au front,
Quand tu lui donnais tout ce qui portait mon nom.
Tu le vois là-bas, si loin, danser comme un automate,
Tu sais qu'il a dans son coin tes rêves usés qui miroitent.
Et dis moi tu penses à quoi, lorsque t'as froid ?

T'es toute seule dans le brouillard...
Quand l'vent d'minuit s'égare...
Quand la ville est si noire...
T'es toute seule dans le brouillard...