- Celle qui t'aimait, Bernard Lescure

- Itinéraire d'un enfant du Rock, Thierry Kübler et Belkacem Bahlouli

- Pleins Feux, Catherine Jajolet

- Si c'était à refaire

- Le retour de Capdevielle, Nathalie Delamare

- Numa Bénésech questionne Capdevielle

- J'aurais pu mener une vie de milliardaire (Ici Paris, mai 2001)

- L'île secrète (sept. 2001)

Après un silence de plus de quatre ans, Jean-Patrick Capdevielle fait une rentrée très remarquée : Un nouvel album, un clip, un téléfilm, et un scénario. Mais avec la quarantaine, le rocker révolté s’est un peu assagi.

Le retour de Capdevielle

version PDF version scannée

En 1979, son premier album « Les anges de la rue » le propulse sur le devant de la scène. La voix joliment éraillée de ce beau brun ténébreux fait des ravages, et la France a les yeux braqués sur celui que l’on appelle déjà le Bruce Springsteen de l’Hexagone. Cependant, les critiques rock admettent mal que l’on puisse imiter les chanteurs américains et lui tournent le dos. Le succès est fulgurant mais éphémère, et c’est pour Capdevielle la traversée du désert. Un désaccord avec sa maison de disques n’est d’ailleurs pas étranger à cette retraite anticipée. Que s’est-il passé pendant ces quatre années ? Exilé à Ibiza, parce qu’il a « mal à la France », il retrouve ses pinceaux et travaille également pour la société de production cinématographique de Paco Rabanne, cadrages, avec laquelle il produit un documentaire et un téléfilm.
            Aujourd’hui, Capdevielle prend sa revanche et, dans la foulée, se réconcilie avec la musique. Pour son retour sur les empreintes vinyliques, le chanteur s’est adjoint les services d’un expert en la matière : Romano Musumarra, compositeur en vogue de Jeanne Mas et Stéphanie de Monaco. Résultat : « Nouvel-âge » est un album plus mature et plus serien que les précédents.
            Pour sortir ce 33 tours, Capdevielle a dû renoncer à un vieux rêve : entrer à l’UCI, l’Institut de cinéma à l’UCI, l’Institut de cinéma californien, où il était accepté. Le cinéma est son véritable violon d’Ingres et, depuis quelque temps, le septième art lui fait les yeux doux. Lui qui n’a aucune formation de comédien vient de tourner dans « L’énigme des sables » de Philippe Valois. Une enquête policière construite comme un roman d’Agatha Christie. Un téléfilm original puisqu’il se déroule entièrement dans une salle de projection. Grâce aux mini-films tournés par des cinéastes en herbe, le criminel sera démasqué. Jean-Patrick Capdevielle incarne un flic esthète et intello qui découvre les secrets de la pellicule (est-ce vraiment un rôle de composition ?). Mais il ne se contente pas de flirter avec le cinéma. Cet authentique cinéphile travaille actuellement à l’écriture d’un film qu’il espère réaliser lui-même : Mort d’un homme élégant. Quelque chose entre Hitchcock et Scorsese. C’est Paco Rabanne qui devrait produire sa première tentative derrière la caméra.
            Avec une étonnante lucidité et un humour un brin caustique, Jean-Patrick Capdevielle annonce la couleur : « Je ne me suis jamais considéré comme une star », mais avec ce come-back remarqué, il compte bien reconquérir son public.

Nathalie Delamare