Barcelone, 1980 (Lyrics)
de Jean-Patrick Capdevielle

Petit Joe traîne sur le port de Barcelone
Il a veillé toute la nuit c'est normal qu'il n'reconnaisse plus personne
Au-dessus de la ville il voit monter les fumées
Le trottoir est un miroir mais Petit Joe veut pas s'regarder
Tout tangue
Il a du plomb sur la langue
Dans la chaleur de la nuit
Petit Joe vient guetter l'amnésie
Soudain y a l'poids d'une main qui s'pose sur son dos
Une voix mystérieuse murmure : Seriez-vous le fameux Petit Joe
Il dit : C'est bien comme ça qu'on m'appelle
Et puis : Vos nouvelles sont-elles cruelles ?
La voix répond : Moi je passais juste par là
J'arrivais plus à dormir et mes remords me faisaient gémir
Depuis plus d'un an je recherche Petit Joe
Pour une femme nommée Rita
Toi t'as ce nom marqué dans ton dos
Sainte Rita, répond Petit Joe
Je me souviens qu'elle était belle
Malgré son or et malgré ses perles
Tu sais, dit la voix, tes souv'nirs sont ingrats
Je vois son ombre là-bas
Tu devrais parler beaucoup plus bas
D'ailleurs si ma mémoire est toujours bonne
Elle a souvent payé pour ce qu'on lui donne
Écoute
Y a toujours un carillon qui résonne
Au-d'sus du port de Barcelone
Même si son air est monotone
Il peut pas chanter pour personne
Y a toujours un carillon qui résonne
Au-d'sus du port de Barcelone

Petit Joe ça l'a tant troublé cette histoire
Qu'il s'est tourné vers la voix disant : Qu'est ce qui m'force à vous croire ?
Vous m'étonnez, répondit l'autre, et la cage
Où vous mettez vos souvenirs a pourtant dû garder mon image
C'est vrai, dit Petit Joe, maintenant je sais qui vous êtes
Vous venez d'un rêve ancien, mais ma mémoire est pas toujours prête
Ces mots résonnent sous les arcades de la gare
Quand le train du matin siffle et la voix dit: moi j'crains d'être en r'tard
Et puis
Quelqu'un vous attend dans cette salle
Ici
Faudra pardonner l'bien comme le mal
Petit Joe reste là tout seul sur le quai
Sans même voir venir Rita c'est à son parfum qu'il la r'connaît
Au-dessus du port il regarde le téléphérique
Et la statue du marin qui montre encore du doigt l'Amérique
Rita s'est approchée d'un pas, elle est venue des collines
Et sa voix lui murmure: Imagine
Y a dans cette ville près des casernes de la gare
Un gorille blanc dans un zoo tout seul et ses deux yeux nous regardent
Joe dit : Ta voix sonne toujours comme avant
Et puis : j'ai rien su garder mais tout s'apprend

Y a toujours un carillon qui résonne
Au-dessus du port de Barcelone
Même si son air est monotone
Il peut pas chanter pour personne
Y a toujours un carillon qui résonne
Au-d'sus du port de Barcelone